Inflation contre déflation, qui va gagner ?

Si l’inflation fait de plus en plus parler d’elle, c’est surtout la déflation qui menace le plus nos économies.

L’idée d’un possible retour de l’inflation gagne chaque jour du terrain. Les derniers chiffres sur le coût de la vie en France  publié par l’Insee ne font que renforcer cette croyance. En mars, la hausse des prix de détail s’est hissée à 1,6% sur un an, son plus haut niveau depuis novembre 2008.  L’idée d’une résurgence de l’inflation est d’autant plus séduisante que  face à l’ampleur des dettes des Etats, les programmes de rétablissement des finances publiques présentés ici et là et notamment en Europe manquent singulièrement de clarté.

Vive l’inflation, elle effacera l’ardoise ! Les partisans d’un tel scénario ne manquent pas d’arguments: la croissance mondiale repart, les matières premières agricoles, industrielles ou énergétiques flambent à nouveau et les banques centrales maintiennent des politiques monétaires extrêmement accommodantes, inondant la planète de liquidités à très bon marché au risque de nourrir de nouvelles bulles financières.

Cependant, ce scénario d’un retour de l’inflation n’est pas totalement écrit et personne n’en connaît aujourd’hui la fin. Comme dans un film à grand spectacle, nous assistons -impuissants – à la confrontation de deux forces extrêmement puissantes: l’hydre inflationniste contre la bête immonde de la déflation.

En effet, même si la croissance repart, notamment dans les pays émergents, des forces déflationnistes sont toujours à l’oeuvre. En Europe, aux Etats-Unis et surtout en Chine, des capacités de production gigantesques sont encore inutilisées, surtout dans l’industrie. Or qui dit surcapacités de production, dit pressions à la baisse des tarifs.

De même, la persistance d’un réservoir de main d’oeuvre bon marché énorme en Asie entretient les délocalisations et maintient sous pression les rémunérations des salariés des pays occidentaux. Aux Etats-Unis et surtout en Europe, le chômage de masse qui s’est gonflé avec la récession ne disparaîtra pas d’un coup de baguette magique sans retour de la croissance. Dans ce contexte, les revendications salariales seront vite d’être tuées dans l’oeuf.

Si l’inflation fait de plus en plus parler d’elle, c’est peut-être la déflation qui menace le plus nos économies.

Publicités
Publié dans économie. Étiquettes : , . Leave a Comment »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :